Les chatouilles, le spectacle

Pourquoi « Les Chatouilles ou la danse de la colère » ?
« Le choix de cette histoire s’est imposé à moi comme une survie, comme l’envie de dire haut et fort ce que beaucoup ne veulent pas entendre, rejettent en bloc, quoi de plus insupportable que le viol d’un enfant ? « Les Chatouilles » ce n’est pas un jugement, ce n’est pas de condamner la maladie d’un être en souffrance qui inflige des sévices à plus faible que lui mais c’est le constat d’un combat pour exister, respirer, survivre… Mon personnage, Odette, fait partie de ceux qui se battent, de ceux qui taisent une violente déchirure, qui l’occultent même et qui la reçoivent en pleine figure quand elle leur revient comme un tsunami, elle fait partie de ceux dont l’enfance a été brisée par une main adulte dans la culotte en coton, elle subit, elle se tait puis occulte pour enfin se souvenir, rejeter puis dénoncer. Tout le cheminement classique de l’enfant victime de pédophilie, c’est ça dont parle « Les Chatouilles ». Odette nous emmène au coeur de la danse, qui lui permet d’exprimer ce qu’elle ne peut pas dire… Quand la vie fait taire les mots, naissent les paroles du corps. La danse et la musique ont une place primordiale dans cette création, ce qui la rend totalement originale, unique, le mouvement apporte toute une poésie où parfois les mots s’égarent. « Les Chatouilles » est une pièce rare car elle traite d’un sujet lourd avec beaucoup de légèreté, d’humour, car oui on rit beaucoup ! La vie est faite de ces extrêmes, le parcours d’Odette pourra vous paraitre insolite mais il est inspiré d’une histoire vraie, tout aussi vraie que ces chiffres alarmants : il y a 75000 viols par an en France et autant concernant seulement les enfants… Ça valait bien une pièce de théâtre, non? « 
Andréa BESCOND

Et alors l’aventure commence !

C’est en 2012 qu’Andréa Bescond entre en écriture de ce premier seule en scène.
Après une représentation au Théâtre Labruyère à Paris en mai 2014, Eric Métayer, à la mise en scène, et Andréa, parient sur le Festival d’Avignon, soutenus par une campagne de crowdfunding, une production et un théâtre qui ose programmer sur le sujet de la pédophilie. Premier soir, 3 « payants » dans la salle… Le bouche à oreille fonctionne et la salle est rapidement pleine tous les jours. Cette année-là, Andréa reçoit le Prix d’interprétation féminine d’Avignon Critique OFF. L’équipe des « Chatouilles et la danse de la colère » 2015 renouvelle l’expérience avignonnaise en 2015 !

13319688_10209121612788656_5063767146392319342_n

A partir de janvier 2016, la pièce se joue à Paris, durant 6 mois au Théâtre du Petit Montparnasse. En mai 2016, Andréa Bescond reçoit le Molière du meilleur seul(e) en scène et, dans les mois qui suivent, le Prix Nouveau Talent Théâtre SACD et le Prix Jeune Talent de l’Académie Française !

Voir le discours d’Andréa Bescond aux Molières 2016


Des dates exceptionnelles au Théâtre du Châtelet, ou encore à la Salle Pleyel, à Paris, renforcent l’immense succès de ce spectacle, qui libère la parole sur un sujet encore terriblement tabou.

2017 – De janvier à mai, Andréa Bescond part en tournée pour une soixantaine de dates dans plusieurs régions de France, ainsi qu’en Belgique et en Suisse. Les Chatouilles se jouent pour quelques dates exceptionnelles en août au Festival de Ramatuelle, en octobre au Théâtre Antoine, en novembre à Bruxelles et à Genève.
2018 De janvier à Juin, une nouvelle fois, Andréa sillonne la France pour une 2ème tournée d’environ 50 dates. En octobre, les Chatouilles se jouent à Tel Aviv.

Le Pitch : Dans un seule-en-scène juste et drôle, la danseuse Andréa Bescond raconte son enfance salie et les conséquences sur sa vie d’adulte. Un moment d’émotion pure, voyage inoubliable qui nous touche au coeur.
Odette a huit ans lorsque Gilbert, un « copain » de la famille, l’entraîne dans des séances de chatouilles secrètes. La suite n’est que dommages collatéraux. L’enfant devient danseuse, cela la sauvera. Incompréhension des proches, difficulté à se construire… Andréa Bescond est l’auteure et l’interprète de ce texte : elle connaît l’histoire d’Odette, c’est la sienne. L’actrice use de son corps comme d’un partenaire pour faire naître la cohorte des personnages : Gilbert, sa prof de danse, un ami, sa psychologue, sa mère, un policier. Passant de rôle en rôle avec une aisance confondante, elle se métamorphose en deux temps, trois mouvements. Eric Métayer, metteur en scène, ne l’a pas lâchée du regard, rectifiant, précisant les détails, les attitudes, les mimiques. Ce sujet sensible n’empêche cependant pas la pièce de devenir un véritable succès public grâce à un excellent bouche-à-oreille. Après avoir triomphé à Avignon, elle est reprise à Paris, puis en tournée, avec déjà plus d’une centaine de représentations.
Même si elle n’a pas la « prétention d’incarner une cause », Andréa Bescond a compris en jouant combien la pédophilie est un mal répandu.
ERIC METAYER (MISE EN SCENE) • JEAN-YVES DE SAINT-FUSCIEN (LUMIÈRES) • VINCENT LUSTAUD (SON) • ATELIER THÉÂTRE ACTUEL (PRODUCTION)

LA PAGE FACEBOOK DU SPECTACLE

LIEN POUR COMMANDER LE TEXTE DU SPECTACLE

D’autres articles sur le spectacle sont référencés dans LA REVUE DE PRESSE !